+ Playlists

Trouble du spectre de l'autisme : professionnels et auteurs, merci!

Je suis la maman de 3 enfants. Livia 18 mois, Justin 4 ans et demi et Ariane 6 ans. Si mes deux petits derniers sont en pleine forme et en pleine santé, ce n’est pas le cas de ma fille aînée. Ariane a gagné à la loterie de la différence puisqu’elle cumule divers diagnostics depuis l’âge de 4 mois. L'investigation pour connaître tous ses diagnostics aura duré 3 ans et demi.

Très tôt dans sa vie, des intervenants de toutes sortent ont dû se joindre à nous, ses parents, pour maximiser son développement. Malgré que les prédictions des médecins étaient plutôt sombres pour Ariane, des physiothérapeutes, orthophonistes, psychoéducateurs, psychologues et ergothérapeutes sont venus en renfort et ont fait mentir bien des pronostics. Ariane est la preuve qu’une prise en charge adéquate, en bas âge, peut faire toute la différence, dans le monde de la différence. Que même si un enfant est hypotonique, hyperlaxe, T.D.A.H. et autiste, ce dernier peut atteindre des objectifs qui semblaient improbables.

Bien sûr, tout cela demande du temps et du dévouement de la part des parents, mais sans ces guides que vous, les professionnels, prenez le temps de nous écrire à nous les parents, le transfert d’information ne serait pas aussi grand. Sans des maisons d’édition tel que Midi Trente, qui a un souci du détail évident pour ses publications, je ne serais pas suffisamment outillée pour venir en aide à ma fille. Ces livres qui sont publiés me permettent de maximiser ses acquis, tout en travaillant ses faiblesses également.

Les informations que vous nous transmettez à travers vos ouvrages nous permettent de faire un bout de chemin, mais également de mieux comprendre vos interventions en évaluation et en consultation. Nos multiples lectures ne font pas de nous des professionnels, cependant, en utilisant vos recommandations, ce temps passé avec nos enfants nous permet, à nous parents, de devenir les réels spécialistes de notre enfant.

Peu importe ses diagnostics et les complexités qui s’y rattachent, ces livres que vous rédigez créent un pont entre vos spécialités et nos réalités. Nous outiller permet un encadrement plus adéquat pour nos enfants, mais des résultats également. Ce travail d’équipe parent-professionnel mène à des résultats souvent exceptionnels.

Je ne compte plus le nombre de livres que j’ai consultés. Je ne sais pas le nombre d’heures que j’ai passé à lire, mais également, assise par terre à jouer avec mes enfants. Je dis bien « mes enfants », car malgré que mes lectures étaient principalement faites dans le but d’aider Ariane, mes deux autres enfants en bénéficient.

Habituellement, les parents croient que sans diagnostic ou problématique majeure chez leur enfant, les ouvrages traitant d’ergothérapie, par exemple, ne sont pas nécessaires. Dans les faits, tout parent aurait intérêt à se documenter en ce sens, puisque l’enfant parfait, sans aucune faiblesse existe-t-il?

Mon texte se veut principalement un hommage à vos professions d’ergothérapeute, psychoéducateur, orthophoniste, psychologue, physiothérapeute, qui ne sont pas suffisamment reconnues, versus les bienfaits qu’elles apportent. Un remerciement qui reconnaît votre défi de travailler quotidiennement avec des parents qui traversent le deuil de l’enfant normal et qui ne sont pas toujours réceptifs face à vos recommandations ou en déni face à la situation.

Un merci pour nos enfants auxquels vous devez constamment vous adapter en raison de leurs multiples particularités. Une reconnaissance qui, je l’espère, donnera le goût à d’autres professionnels de mettre leurs expériences et leurs connaissances sur papier afin que nous, parents, puissions mettre leurs recommandations au service de nos enfants différents.

À vous tous, merci.