+ Playlists

Quand le sommeil n'est pas au rendez-vous

Crédit photo : Valérie Tremblay
Quand le sommeil n'est pas au rendez-vous
Ma petite dernière va bientôt avoir quatre mois. Le temps passe si vite, j'en suis émue. J'ai vécu une panoplie d'émotions depuis sa naissance. Je l'aime tellement que ça me brûle juste d'y penser.

Cela veut aussi dire que ça fera bientôt quatre mois que je n'ai pas réussi à dormir plus de cinq heures d'affilée. J'ai atteint le fond du baril côté énergétique. J'ai grugé dans toutes mes petites réserves d'énergie que j'avais accumulée les mois qui ont précédé mon accouchement et là, il ne reste plus grand-chose. La nuit, je m'occupe de ma plus jeune, et le jour je m'occupe de ma plus vieille qui ne va pas à la garderie. Disons que je donne du jus 24 h sur 24.

J'avais espéré que ma petite deuxième ferait ses nuits de bonne heure, que ça se passerait bien. Une fille a le droit d'être optimiste et naïve il faut croire. Je croyais au Père Noël. J'ai essayé différentes stratégies pour que ma plus jeune dorme plus longtemps, mais rien n’y fait. Elle aime juste ça boire la nuit.

Tout ce beau combo a eu comme résultat que je me suis mise à obséder sur mon sommeil. J'ai constaté avec horreur que c'est lorsque nous avons le plus besoin de dormir que nous réussissons le moins. À chaque fois que j'essaie de faire une sieste, il y a quelque chose pour m'empêcher de dormir. Que ce soit le facteur qui vient cogner à la porte, le chien qui est malade, les travaux dans la rue ou le voisin qui fait des rénovations, il y a toujours une bonne raison pour que je ne réussisse pas à fermer l’œil.  Pire, tous ces changements hormonaux et de routine font que j'ai commencé à faire de l'insomnie, chose que je n'avais jamais connue auparavant. Combien de fois, ai-je perdu du temps à tourner dans mon lit sans réussir à dormir dans les derniers mois? Je ne compte plus! C'est une catastrophe!

Je sais que c'est loin d'être un first world problem, mais ce n'est vraiment pas évident d'être aussi fatiguée en permanence. Certaines journée, mon cerveau a de la misère à fonctionner normalement. Je réalise par moi-même que j'ai de la difficulté à me concentrer ou à faire de simples tâches qui demandent une certaine organisation. Je dois avouer que j'ai une petite jalousie envers les mères qui ont des bébés qui font leurs nuits depuis l'âge d'un mois.

La seule option qui s'offre à moi c'est de prendre mon mal en patience et de me dire qu'avec le temps, ça devrait s'arranger. J'espère juste ne pas faire un burn out d'ici là! Sur ce, je vais essayer d'aller faire une sieste qui ne fonctionnera pas, ah!

Des fois, il faut juste apprendre à être patient et laissez le temps faire son travail...
Êtes-vous aussi découragée par votre manque de sommeil chronique?