+ Playlists

Choisir sa dernière heure...

Crédit photo : Julie Villeneuve
Choisir sa dernière heure...
Il y a quelques jours, je suis allée à l'hôpital pour rendre visite à ma tante avec ma fille. Nous avons raconté nos journées et les derniers bons coups de ma puce. Ma fille s'est installée dans le lit avec elle pour dessiner et pour découvrir les boutons qui font bouger le lit. Ma puce lui a même volé la moitié de son souper (qui semblait tellement meilleur que si je lui avais fait le même à la maison). 
Rien qui sort vraiment de l'ordinaire. À nous voir jaser et passer du bon temps ensemble, rien ne permettait de deviner l'importance de cette visite. 
 
Ma tante, que ma fille appelle affectueusement « Mamie », avait décidé de mettre fin à sa souffrance. Notre visite était la dernière fois que nous pourrions la voir. Suite à un diagnostic de cancer en 2013, une tumeur avait fini par envahir son abdomen lui occasionnant des douleurs intolérables. Elle a donc décidé de reprendre le contrôle sur la suite de sa vie. Elle a tout organisé pour le présent et pour la suite. Elle était soulagée et sereine d'avoir pris cette décision. Une fois la date de sa dernière journée décidée, elle a vécu chaque jour en donnant et en recevant de l'amour à ceux qu'elle aimait. Elle a aussi donné quelques conseils!
Crédit : Julie Villeneuve
 
Sa dernière semaine de vie a été vécue dans une dimension plutôt surréaliste. Il y avait des moments où les émotions prenaient le dessus, mais nous retrouvions vite la force de sourire par respect pour elle. Elle avait choisi de vivre avec bonheur ses derniers moments avec nous et nous avons tous choisi de la respecter et de respecter son choix.
 
La loi sur les soins de fin de vie est encore nouvelle et les gens ne sont pas encore vraiment au courant en quoi elle consiste. Nous vivons dans une société qui nous donne la possibilité de partir dans la dignité et la sérénité. Elle a eu la chance de dire au revoir aux personnes importantes de sa vie. J'ai eu la chance de lui dire merci d'avoir fait partie de ma vie et de celle de ma fille. Je sais que je suis privilégiée.  
 
C'était une femme très spéciale qui a touché la vie de plusieurs. Toujours prête à rendre service, pleine d'énergie et très organisée, elle est partie comme elle a vécu, et surtout, comme le voulait.  
 
Il ne me reste qu'à trouver les mots pour expliquer à ma fille de presque 4 ans qu'elle ne pourra plus faire des casse-têtes et des recettes avec sa mamie d'amour... Je n'ai pas encore trouvé, mais je sais que la question est pour bientôt...