+ Playlists

Ta petite bosse au sein - partie 3

Crédit photo : freestocks.org/Pexels
Ta petite bosse au sein - partie 3
Il y a quelques semaines, j’ai pris des vacances bien méritées au chalet de mes parents au Nouveau-Brunswick. J’en ai profité pour passer du bon temps avec mon meilleur ami du secondaire qui a une prolifique carrière de médecin de famille. Je trouve sa profession absolument fascinante, et au fil de nos conversations, j'en suis venue à déboulonner les croyances bidon sur le domaine de la santé et à parler des plus récentes recommandations du milieu médical.

De fil en aiguille, je lui ai parlé de la bosse au sein que j'avais découverte et de la biopsie que j’ai subie pour investiguer. À ma grande surprise, il m’a dit que l’auto-examen des seins n’était plus recommandé par la Société canadienne du cancer depuis quelques années. Même qu’il est carrément déconseillé. Je suis vraiment tombée des nues. Comment ça?! On nous a martelé pendant des années qu’il fallait déceler la moindre bosse, car cela pouvait nous sauver la vie de trouver une masse cancéreuse le plus tôt possible.

C’est alors qu’il m’a expliqué que les études avaient montré que bien peu de masses détectées grâce à l’auto-examen des seins s’avéraient en fait cancéreuses. Comme on le voit dans cet article du Devoir qui résume la nouvelle politique, l’auto-examen crée un faux sentiment de sécurité et mène à un plus grand nombre de biopsies non nécessaires sur toutes sortes de masses bénignes présentes chez plusieurs femmes, qui sont non dangereuses et indolores. Par exemple : des fibroadénomes, comme dans mon cas. En résulte un engorgement du système de santé en raison de toutes ces biopsies aux résultats négatifs, mais d’abord et surtout beaucoup de stress et d’inquiétudes pour les femmes qui subissent ces examens inutiles.

Ça m’a fait réfléchir à tout le stress et au mini-traumatisme que j’avais vécu à cause de cette masse qui s’était avérée bénigne. J’ai aussi pensé aux nombreux témoignages semblables recueillis suite à mes articles sur la page Facebook et sur le blogue, ainsi que dans la communauté des collaboratrices.teurs de TPL Moms. Beaucoup d’angoisse vécue pour de nombreux examens négatifs à l’arrivée.

Est-ce que ça veut dire qu’il faut arrêter de vous faire systématiquement l’auto-examen des seins pour dépister le cancer? Oui! Est-ce que ça veut dire qu’il faut arrêter de vous faire examiner les seins par votre médecin? Non! En fait l’auto-examen n’est plus recommandé, mais la mammographie, elle, oui, plus que jamais. Couplée avec l'examen clinique (la palpation des seins par votre médecin), elle a une efficacité de 90 % dans la détection des masses cancéreuses.
Un bémol : l'auto-examen n'est pas une méthode de dépistage efficace, mais peut permettre aux femmes de mieux connaître leur corps. Il faut en effet rester sensibles à l'apparition de certains signes inquiétants tels qu'un mamelon bizarrement enfoncé, une fermeté suspecte, un liquide étrange s’écoulant du mamelon (entre autres).

Donc, ne checkez plus vos boobs pour détecter des bosses, mais faites-les vérifier par votre médecin. Soyez à l'affût des signes inquiétants et assurez-vous de faire une mammographie régulièrement, surtout après 40 ans. Comme pour tout cancer, la prévention demeure fondamentale, et ce comme le dépistage effectué par un.e professionnel.le. Elles.ils sont là pour ça!