+ Playlists

La mère qui n'affiche pas son enfant sur Internet, c'est moi!

Crédit photo : Ana Gonzalez
La mère qui n'affiche pas son enfant sur Internet, c'est moi!
La mère qui n’affiche pas l’identité de son enfant sur les réseaux sociaux, c’est moi. Je sais exactement quand et où le malaise qui a provoqué ma décision est né.

Je faisais dérouler mon feed Facebook un matin les yeux encore semi-collés par mon état de sommeil non terminé. Je suis tombée sur une photo d’un nouveau-né sur lequel était taguée la maman de celui-ci qui, je savais, voulait être la première à montrer la photo de sa progéniture sur la grande toile. Mon cœur s’est immobilisé lorsque j’ai constaté en regardant la photo de plus près que le poupon en question n'avait en fait que quelques minutes de vie et que la photo avait été prise par un membre de la famille qui avait omis de respecter son besoin d’intimité à l’hôpital. C’est à cet instant même que c’est devenu clair, je ne veux pas afficher mon enfant sur Internet.

Notre famille et nos amis ont été mis au courant, et ils ont accepté et respecté notre décision mieux qu’on ne l’espérait. Le réflexe qu’on voulait créer a bien pris place chez nos proches et encore aujourd’hui ils nous demandent s’ils peuvent afficher ou pas une photo de notre fille.

Lorsque notre petite avait cinq mois de vie, nous avons payé une photographe (Jennifer Villatoro) qui a fait de magnifiques photos de notre petite famille et on s’est dit que c’était l’occasion parfaite pour la présenter aux nombreux membres de nos réseaux sociaux, mais la vérité est que je n’ai jamais été vraiment à l’aise lorsque je téléchargeais une photo où son visage était apparent.

Ce n’est que plus tard, lorsque j’ai commencé à écrire des articles pour TPL Moms, que je suis revenue sur ma décision. Réaliser la rapidité à laquelle les informations (articles ou photos) circulent sur Internet a confirmé la raison de mon malaise. L’autre aspect qui a renforcé ma décision est que ma tante du Guatemala m’a envoyé un message pour me dire qu’elle se sentait moins exclusive depuis que j’avais affiché l’identité de mon enfant sur Facebook, car avant cela elle sentait qu’elle était privilégiée d’avoir accès à ses photos.

Je me suis donc demandé : à quel point avons-nous des choses qui nous appartiennent à nous seuls ou à notre noyau familial ou amical? Les gens qui veulent voir ma petite la voient quand ils viennent chez moi ou quand ils demandent des photos par texto ou par inbox. J’ai envie de leur réserver ce lien privilégié et j’ai aussi envie d’écouter mon instinct, celui qui a un malaise avec la publication des photos de mon enfant. Je suis très au courant que cela peut sembler irrationnel dans un monde mené par Internet, et surtout pour une blogueuse qui cherche à se faire une petite place dans ce grand bazar.

Mais bon, si la vie n’était pas faite de contradictions, je crois qu’on s’ennuierait bien gros. Les règles ne sont-elles pas faites pour être transgressées, après tout?

Donc voilà, si jamais vous vous demandez qui est le genre de control-freak qui essaie de gérer les apparitions de son enfant sur les Internets, allez faire un tour sur mon profil, ma page de blogue Maman Réalité ou encore ma page photo amateur AG Photgraphie, cela vous donnera une idée de l’ambivalence dans laquelle règne ma personne. L’idée est quand même simple derrière cela, donner un statut exclusif à mes proches et amis et calmer mon anxiété de mère poule, c’est beau quand même, non?