+ Playlists

La fille d'automne, c'est moi

Crédit photo : Valiunic/Pixabay
La fille d'automne, c'est moi
Les lattés à la citrouille me donnent autant envie que des chips au barbecue en fin de soirée. L’odeur, la chaleur et le feeling velouté du doux breuvage dans ma bouche me réconfortent comme un bain chaud. Un bain chaud pour mon âme. Parlons-en, des bains. Il n’y a rien de plus legit que de prendre un bain moussant en plein cœur d’après-midi un dimanche d’automne. Et s’il pleut, c’est encore mieux. Avec un bruit de fond de pluie, c’est comme si mes pensées tombaient en même temps que les gouttes et que mon cœur se gonflait en même temps que la mousse. 
 
Je suis une fille d’automne parce les ragoûts, j’aime ça. Sentir l’odeur du repas qui se fait tout seul au retour du travail et savoir que je n’aurai plus qu’à prendre une louche et me servir, j’aime ça. Manger un mijoté avec de la courge pis des patates pilées, ça me fait du bien. Ça fait du bien à ma famille pis à mon cœur de mère.
 
L’automne s’agence bien avec la mélancolie de mon âme. Tout meurt, mais moi je revis. Les feuilles sont encore plus belles la veille de leur mort. Les couleurs sont encore plus chaudes, à l’approche du froid. La nature est plus imposante quand tout est calme dehors.
 
Le calme. Il n’y a rien de plus enveloppant que de se réchauffer avec une couverture quand dehors c’est le silence. Un silence qui joue si fort une musique douce pour mon âme. Ça m’embaume, m’emballe, m’émeut. Ça me ressaisit, rassasie, me réchauffe. On se donne le droit de ne rien faire en écoutant nos séries. On a une excuse enfin pour pouvoir s’assoupir devant la télé, une lampe ouverte et la tête sur les genoux de mon amoureux. Une raison de plus pour se coller, il fait froid dehors, on est bien en dedans.
 
Voir ma fille grandir d’un an, la fêter, la voir évoluer, la voir s’épanouir. M’épanouir. 
 
Il n’y a pas meilleure saison que celle où la région des Laurentides est encore plus belle. Celle qui rend notre Québec encore plus majestueux.
 
Aimez-vous autant l’automne que moi?