+ Playlists

La parfaite maman brainwashée : mieux vaut en rire? Ou pas!

Crédit photo : Jez Timms/Unsplash
La parfaite maman brainwashée : mieux vaut en rire? Ou pas!
« Heille les gars, j’ai une idée! Ça serait nice que pendant notre prochaine game de hockey, on fasse un petit coin pour toutes nos blondes, avec les kids. On va leur installer des tits films de filles pis du cutex pis comme ça, elles chialeront pas. Hihihaha »

« Mannn les gars, j’avais-tu hâte à vendredi. Ma blonde est enfin dans la chambre en train de plier du linge pis les kids sont couchés avec du Tylenol pour pu qu’on les entende. Beer time! »

« Hey guys, levez la main tous ceux qui ont dû expliquer à leurs blondes pour la millième fois comment partir le BBQ. Sérieux, j’y ai fait un manuel en 10 étapes. J’devrais avoir la paix maintenant. Héhéhé. »


Vous aimez? Partagez!

Ou pas.

Parce que c’est juste pas drôle. C’est tellement sexiste et dépassé comme message que ça ferait crier les masses si jamais c’était publié de même sur Facebook par des hommes « connus » du monde de la parentalité. Pourtant, quand ce sont des femmes qui le font, là ça passe. Heille, pis c’est donc comique. Pis si vous trouvez pas ça drôle, c’est parce que vous avez pas dû prendre votre café.

Comme si c’était ça la vie de mère :  dénigrer et infantiliser nos conjoints et gérer notre quotidien à grands coups de verre de vino de 15 litres.

Qu’on s’entende, je ne vis pas sous une roche. Être parent, c’est clairement pas facile tous les jours. Je comprends le besoin de décrocher, de rire un peu des moments plus difficiles, de ventiler et de briser l’isolement qui vient souvent avec le fait d’élever des enfants.  

Pourtant, quand je vois toutes ces femmes dans mon entourage qui likent, partagent et s’esclaffent sous des publications franchement dégradantes pour les hommes et la vie de famille, je me questionne. Est-ce que c’est vraiment ça la maternité d’aujourd’hui? Chialer, bitcher, mais s’y complaire?

Si on parle sans cesse de féminisme et de charge mentale, c’est qu’il y a encore et toujours matière à le faire. Des mamans débordées, mal soutenues par leur conjoint, qui portent leur famille à bout de bras, il y a en a malheureusement beaucoup trop. D’où mon immense malaise de voir cette triste réalité normalisée sous le couvert de l’humour.

Plus de 9 400 personnes ont aimé cette image. Près de 2 000 l'ont partagée. Pas pour dénoncer une réalité problématique. Non, juste parce que c'est « drôle ». 
Crédit photo : Facebook de La Mère Ordinaire

Ça semble donc ben plus facile de rire de ces problèmes (par déni, peut-être?) que de faire quelque chose pour les changer. Les internets sont bourrés de ces nouvelles « gourous des mamans » qui rejettent d’emblée le féminisme et qui ne croient pas en la charge mentale. Alors que d’un côté, certains essaient de faire avancer les choses en sensibilisant, en informant et en expliquant aux femmes et mères le pouvoir qu’elles peuvent avoir, d’autres se servent de leur tribune pour dénigrer la parentalité au nom de l’humour et des likes et pour dire aux mères de calmer leurs nerfs (c’est de l’humour, t’sais!). Pis que si ça va pas, ben verse-toi un verre de vin. #LeVinoRègleToute
Le fame, c’est probablement ben l’fun. Mais c’est encore mieux quand il est utilisé pour faire une différence. Pas pour normaliser une réalité qui oppresse encore un trop grand nombre de femmes.

Quand je vois des « shows d’humour » de ce type devenir sold out en quelques jours à peine, ça me fait mal. Parce que clairement, il y a une demande et surtout, il y a beaucoup de femmes qui se retrouvent dans ces discours. Et que les messages qui y sont passés n’amènent aucune solution aux problèmes soulevés. Rappeler aux femmes et aux mères qu’elles ne sont pas les seules à vivre certaines oppressions, c’est parfait, pour vrai. Normaliser cette réalité, c’est là qu’est le problème. Au lieu de les faire avancer, ça les fait stagner. Ça leur fait dire qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer. Qu’il vaut mieux en rire que de tenter d’améliorer sa situation.

Et ça, c'est ce qui fait le plus mal.