+ Playlists

En janvier, je m’inscris au gym

Crédit photo : Maria Fernanda Gonzalez/Unsplash
En janvier, je m’inscris au gym
Je vous écris ce petit billet pour vous expliquer pourquoi en janvier, je m'inscris au gym. Le but n’est pas de maigrir. Je sais qu’en ce début d'année, beaucoup de gens prennent des résolutions et qu’une des plus populaires est la fameuse perte de poids. Je sais aussi que les salles de sport sont bondées en ce moment, et c’est pourquoi j’attendrai encore deux semaines avant de m’inscrire à mon tour. De toute façon, j’étouffe quand il y a trop de monde. 

Je n’ai jamais voulu être comme les autres. Ayant eu des comportements anorexiques et boulimiques lors de mon adolescence, il est important pour moi de prioriser la santé avant tout. Lorsque je fais aller mon anatomie de tous les bords dans un cours de Zumba, de spinning ou en joggant, je ne pense plus à un million de choses à la fois, et ça me fait un grand bien. Lorsque je bouge, je déconnecte mon cerveau pour me sentir moi, vivante en chair et en os. 

Dans mon cas, bouger m'amène un équilibre. Quand je bouge, je vais bien, j’ai du plaisir, et par conséquent, je suis moins rigide. Au cours des années, j'ai dû réapprendre à avoir du plaisir. C’est difficile pour moi, car j’embarque rapidement dans la performance et dans le contrôle de la chose, quelle qu’elle soit. Ça me sécurise, mais ça m'épuise. Mes exigences sont toujours une coche trop haute. Pour moi, la normale, ce n’est pas assez. Il faut se dépasser, il faut se démarquer, il faut être l’exception qui confirme la règle.

C’est de mon enfant intérieur dont je veux prendre soin. Parce qu’on est si bonnes pour prendre soin des autres, mais pour nous, ce n’est pas toujours évident. Pourtant c'est si c’est simple et logique à la fois, car si maman va bien, bébé va bien. On l’a tous entendu, celle-là.

Tout cela pour dire que cette année, je m’inscris au gym pour essayer de perdre le contrôle, d’avoir du fun et de prendre soin de moi.  Au diable les standards de poids ou de mode. La beauté, ça part d’en dedans. Si vous êtes bien dans votre mind and soul, comme a dit Alexandra d’OD Bali, le reste suivra (ça c’est moi qui le dis, mais je le copie sûrement de quelqu'un sans le savoir).

Je vous souhaite donc, en cette année 2018, de prendre soin de vous et de vous choisir avant toute autre chose. Je serai en mesure de vous dire, dans une couple de mois, comment ma réinsertion au sport se déroule.

À+!