+ Playlists

Le sommeil partagé... pourquoi pas?

Crédit photo : val.lunaa/Instagram
Le sommeil partagé... pourquoi pas?
Depuis le jour où Sienna est née, on me demande à gauche et à droite si elle fait ses nuits. J’ai toujours trouvé cette question un peu absurde, comme si un nombre consécutif d’heures de sommeil était un facteur clé pour déterminer si j’avais un « bon bébé ». 

Donc me v’la, comme des centaines d’autres parents, avec un bébé de quelques semaines qui dort fuck all très peu. Mon chum et moi avions déjà l’habitude de déposer notre fille dans notre lit, lorsque j’allaitais ou au petit matin. Le manque de sommeil se faisant de plus en plus ressentir, une bonne nuit, on n’a pas eu l’énergie de la remettre dans son lit. PIS ON A DORMI. YÉ!
Notre fille a dormi dans notre lit jusqu'à 6 mois. Vers cet âge, on s’est rendu compte qu'elle se réveillait quand on ronflait respirait fort ou qu’on changeait de position dans notre sommeil. On l’a couchée dans sa chambre, dans son lit, la porte fermée. Elle y a dormi jusqu'aux aurores, où nous sommes allés la chercher pour terminer la nuit, tous les trois, sous la couette. 

Accueillir notre fille dans notre lit nous permet de dormir assez bien pour conserver notre santé mentale et avoir de l’énergie pour sortir et faire des activités avec elle. Pour nous, c’est parfait. Ironiquement, je ne me suis jamais sentie aussi jugée que lorsque j’évoque que nous partageons notre lit avec notre fille. Il y a quelque temps, j'ai emprunté Le Sommeil du Nourrisson à ma chum de fille, pis j’ai eu une petite chaleur. Je me sentais coupable de nourrir le sentiment de dépendance de notre fille en l’endormant au sein, en étant collée à moi. J’ai donc commencé à pratiquer la méthode d’apprentissage du sommeil évoquée dans le livre. Ouain. Elle s’endormait relativement facilement, mais se réveillait si souvent que j’ai capitulé au bout de deux semaines, épuisée. À ce moment-là, on s'est dit qu’elle développait si bien son autonomie dans plein d’autres sphères de sa vie et que le sommeil ne ferait pas exception. Mon chum et moi on a lâché prise, en chérissant nos petites nuits, collés sur notre puce. 

Crédit : Giphy

Maintenant, à l'âge de 16 mois, il n'est pas rare que Sienna dorme toute la nuit dans son lit. Toutefois, comme le sommeil n'est pas linéaire, elle termine souvent la nuit avec nous. Et avec tous les microbes qu'elle chope à la garderie, elle réclame souvent le sein ou nos bras durant la nuit. 

Pis c'est tellement correct.

Le sommeil partagé contribue à maintenir notre équilibre familial. D'une famille à l'autre, cet équilibre est atteint de manière différente, avec des méthodes différentes. Essayons de garder cela en tête avant de poser un regard critique sur ce que font d'autres parents. 

Ah. Et à ceux qui vont continuer de me dire que ma fille ne pourra jamais dormir seule, je réponds que ça devrait être réglé d'ici sa majorité!