+ Playlists

À chacun son rythme!

Crédit photo : rmt/Pixabay
À chacun son rythme!
Ma médecin a proposé un stripping dès la 37e semaine de grossesse. Certaines femmes auraient sauté sur l’occasion, mais je ne me sentais pas prête. J’avais vraiment envie que mon enfant sorte quand IL le déciderait.

C’est que ma médecin, que j’adore, partait en vacances autour de ma DPA. Elle aurait vraiment voulu être à mon accouchement. Je désirais aussi sa présence, mais demander à mon enfant de se conformer aux agendas des autres, avant même sa naissance, c’était une idée vraiment essoufflante pour moi. Ses futurs patrons se chargeront bien assez tôt de lui imposer des heures de tombée. Est-ce qu’on peut le laisser entrer dans la vie à son rythme, s.v.p.?
 

Crédit : Careeraddict.com 

Ce n’est que la première d’innombrables fois où on va demander à mon fils de réaliser quelque chose à un moment qui nous convient, à nous. T’sais, le Mieux Vivre est distribué dans les CLSC, pas dans les utérus. Votre enfant ne l’a pas lu avant de débarquer. Il s’en fout d’être le dernier à découvrir la roue à trois boutons. Tout le monde le dit : À chacun son rythme! Ça ne sert à rien de comparer!

Pourquoi sommes-nous incapables d’appliquer cette belle théorie à nos conversations entre parents? On dirait qu’on se sent obligés de comparer, puis de répéter que chaque enfant est différent, pour se dédouaner de l’échange qu’on vient d’avoir. J’avoue avoir ressenti un mini pincement quand j’ai vu que les enfants de mes amis faisaient leurs premiers pas, alors qu’ils étaient plus jeunes que mon fils et que lui ne montrait aucun intérêt envers la marche.


Crédit : TJENA/Pixabay

Ce n’est pas grave, que je me disais, il connaît déjà plusieurs mots! Et je refoulais dans le coin de ma tête la pensée de sa cousine qui faisait des phrases à son âge.

De toute façon, il a vraiment beaucoup de dents, déjà. Ça, c’était un bon argument quand quelqu’un levait un sourcil étonné en découvrant qu’il n’avançait pas encore debout. Essayez d’apprendre un nouveau tour après un traitement de canal, pour voir.

Dernièrement, j’ai visité une amie qui habite loin de chez moi. Tout de suite, j’ai remarqué ce que ses jumeaux faisaient que le mien ne faisait pas, alors qu’elle a mentionné les forces de mon enfant par rapport aux siens. Je pense que c’est normal d’avoir ces conversations, mais qu’on devrait en parler sans pression. Peut-être est-ce parce que chaque parent sent que son enfant est le meilleur humain sur Terre. Nous nous retrouvons donc confrontés dans nos ego quand nous voyons un bébé franchir un stade de développement avant le nôtre.
 

Regardez, il marche!
Crédit : Giphy

Ma chiro m’a dit quelque chose qui m’a beaucoup aidée : Bébé ne marche pas encore? C’est qu’il n’est pas assez frustré. Tous ses besoins sont comblés. Il va apprendre à parler quand il sera frustré de ne pas se faire comprendre. Il va apprendre à marcher quand il trouvera que sa technique actuelle n’est plus assez efficace.

C’est vrai, pourquoi le presser? La marche survient théoriquement entre 12 et 18 mois. Le mien s’est décidé à 17. Je l’ai défendu pendant 5 mois! Presque une demie-année à nous convaincre, les autres et moi, que c’était normal qu’il n’ait pas envie de mettre un pied devant l’autre. Faut dire qu’on se faisait fréquemment poser la question.

Je me demande souvent si j’en fais assez. S’il est assez stimulé. Si je lui donne les bons outils pour apprendre. Je ne suis pas éducatrice, ni G.O., ni enseignante. Je ne connais pas les techniques pédagogiques, mais je ne suis pas la seule mère à juste faire de mon mieux. Je lui donne l’amour et la sécurité et je l’encourage au meilleur de mes capacités.

J’essaie fort de l’accompagner sans lui mettre de pression. Et peu importe la vitesse à laquelle il découvre la vie, je suis toujours la maman la plus fière du monde quand il fait quelque chose de nouveau.
 

Crédit : Giphy

 
Y a-t-il un truc que votre enfant a fait plus lentement, mais qui vous remplit de bonheur, vous aussi?