+ Playlists

Nous sommes trois et j'espère que bientôt, nous serons quatre

Crédit photo : mcconnmama/Pixabay
Nous sommes trois et j'espère que bientôt, nous serons quatre
Pour l'aider à s'accrocher, son papa et moi on a dû demander l'aide d'un merveilleux médecin. On a eu beaucoup de chance parce qu'après deux ans à la désirer très fort, ça nous aura pris seulement deux mois de traitements pour qu'elle s'installe dans mon ventre. Je sais que pour certaines mamans, il faudra beaucoup plus de temps, beaucoup plus de traitements. Après tout, je pense que nous avons été « chanceux » dans notre malchance. 

Je dois avouer que j'avais perdu espoir que l'on devienne une grande famille et qu'il m'aura fallu des mois pour réaliser qu'elle était bien là. À vrai dire, elle fête ses cinq mois aujourd'hui et il m'arrive encore souvent de devoir m’arrêter quelques minutes pour prendre le temps de réaliser que cette nouvelle vie est bien réelle. (Mon manque de sommeil est bien réel lui, ça, c'est certain! Haha!) 
 
Devenir sa maman, ça m’a aussi confirmé que j’espérais très fort la voir grandir avec un petit frère ou une petite sœur. Ce désir devrait probablement me rendre optimiste, mais il apporte avec lui beaucoup de peurs. Je me demande toujours si nous serons « chanceux » une deuxième fois...

On en a discuté, et on a choisi de tenter notre chance une autre fois. On commencera dans quelques mois. Le merveilleux médecin nous a dit que parfois, le nid des mamans est mieux préparé quand il a déjà porté un bébé. Je sais que pour certaines personnes, ça semble rapide d’agrandir notre famille si rapidement. On m'a dit : « Tu ne veux pas essayer naturellement avant? Laisser les choses aller? » Pour moi, c'est hors de question qu'on recommence à être déçus pendant de nombreux mois, que l'on retombe dans l'attente. Le temps est long lorsqu'on se demande si son corps voudra. La deuxième fois, c'est aussi terrifiant, je crois. Si nous devions nous faire à l’idée que nous serons finalement que tous les trois, on préfère le savoir rapidement. Comme ça, on pourra fermer cette petite porte dans notre coeur et donner tout notre amour, juste à elle. 
 
Donc voilà, pour recommencer les traitements qui m’aideront à préparer un deuxième petit nid, je dois également faire un choix. J'aurais voulu allaiter mon petit chat très longtemps, c’est ce que j’avais prévu. Cependant, j'ai pris la décision difficile d'arrêter tout doucement dès ses 6 mois. Elle et moi on devra se créer de nouveaux petits moments, différents, mais tout aussi attachants, et j’espère très fort que dans quelques mois, un autre petit miracle se sera ajouté à nous trois.