+ Playlists

5 avantages quand on est nouveaux parents et expatriés

Crédit photo : Charlotte Dalrymple-Smith
5 avantages quand on est nouveaux parents et expatriés
Bon avouons-le avant d’aller plus loin : être sans sa famille et ses ami.e.s les plus proches pendant son congé de maternité, c’est vraiment, mais vraiment nul.

Mais bon, pour prendre la vie du bon côté, j’ai décidé de chercher quels en étaient les avantages. 
C’est le top 5 le plus casse-tête que j’ai eu à faire, mais hey, j’en ai trouvé des pas trop mal! 

5. Des siestes à rallonge sans être jamais interrompu.e.s. 
Comme j’ai eu peu de visites, mon bébé a pu prendre son rythme de sommeil, sans aucune contrainte. Et j’ai pu respecter la règle « dormir quand bébé dort ».

4. Toujours collé.e.s! 
J’ai la sensation que je sais tout d’elle.

Mon chum et moi ne pouvons pas la laisser chez grand-maman pour nous reposer une heure ou faire des affaires not-baby-friendly, ce qui fait que je l’ai quasi h-24 collée à moi. Même si c'est dur par moment, je me sens un peu maman ours et j’accepte la situation en me disant qu’on renforce notre lien d’attachement et que c’est sûrement bon pour elle.
Et puis, c’est tellement une période courte de la vie! À la garderie, elle fera des trucs sans moi. Et ce sera bien correct.

Ah, on me dit dans l’oreillette que quand elle quittera le nid, je penserai à ces moments avec beaucoup de nostalgie.

3. Faire une vraie pause dans sa vie.
S’occuper seul.e.s de son bébé, ça implique de suivre son rythme, ses petits pas minuscules. Autant vous dire que ça permet d’appliquer la philosophie #SlowToute à la lettre pendant un an. Ça permet aussi de prendre le temps penser à ses projets et au sens de la vie. Ok, des fois ça fait un peu peur, mais c’est nécessaire pour prendre les bonnes décisions. 

4. Pas de « si j’étais toi, je... » ou ne subir aucun jugement 
Conseil non-sollicité? Connais pas. Personne n’est là pour critiquer ce que nous faisons. Donc nous pouvons suivre notre instinct et faire nos erreurs de nouveaux parents tranquilles. 
Quand j’ai besoin d’un conseil, j’appelle ma mère/ma soeur/ma grand-mère/ma belle-mère/alouette et c’est fluide. 

5. Apprendre à compter sur les autres et découvrir une belle solidarité entre mamans et ami.e.s
Quand je suis tombée enceinte, j’ai pu voir que des gens étaient vraiment solidaires et aidants, ça fait chaud au cœur.
Que ce soit virtuel (allô belle communauté TPL Moms) ou réel (allô les ami.e.s de Montréal), on se rend compte qu’on a de belles personnes autour de nous.
Et puis Carolane et Josiane Stratis ont été mes mamans du Québec et m’ont TOUT donné! (jusqu’au tire-lait et soutien-gorge d’allaitement!)   

Avec du recul, on n'est pas si seuls, finalement!