+ Playlists

Composer avec un problème d'attachement en 5 exemples

Crédit photo : Laura Lee Moreau/Unsplash
Composer avec un problème d'attachement en 5 exemples
Dans mon dernier article, je vous parlais d'une conférence sur l’attachement donnée par l’organisme Pétales. Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous l’impact que peuvent avoir des difficultés d’attachement dans notre vie de tous les jours.

Si vous rencontrez ma fille, vous verrez la petite fille la plus mignonne de l’univers, enjouée, vivante et qui aime parler à tout le monde. Difficile de soupçonner les débuts difficiles des premières années de sa vie et les cicatrices qu’ils ont laissées!

1. Avant un voyage, la préparation psychologique est essentielle
Ma fille n’aime pas les surprises (sauf si ça concerne des bonbons). Pendant longtemps, une visite surprise, même de quelqu’un qu'elle adore, provoquait une crise de plusieurs minutes et une baboune olympique. J’ai donc pris l’habitude de parler des activités prévues quelques jours en avance, en donnant plus de détails au fur et à mesure. J’essaie aussi de mettre le plus d’enthousiasme possible dans ma présentation. Vous devriez m’entendre la convaincre comment elle est chanceuse de partir plus tôt de l’école pour aller faire une prise de sang…

2. La planification des rencontres est aussi importante
J’ai tergiversé pendant des semaines avant de me décider à me lancer dans l’aventure du voyage à trois. Une fois décidée, j’ai écrit aux amis que j’espérais voir pour organiser et choisir qui nous pourrions voir. J’ai appris après les vacances de l’été passé que LESS IS MORE quand je voyage avec ma puce… Alors, j'ai préféré réserver une chambre d'hôtel pour nous créer une petite bulle. J’ai fait des choix et vécu un petit moment de déception en pensant à ceux que je ne pourrais pas voir.

3. 26 h après le départ, fillette veut retourner à la maison
Après notre première activité sociale du voyage, aller au parc Michel-Chartrand avec mon amie Isabelle qui revient de son voyage de 10 mois, ma fille m'a demandé si nous pouvions repartir à la maison. Nous avions eu assez de plaisir et de changements de routine à son goût. Elle était vraiment déçue quand je lui ai expliqué que nous retournions à l’hôtel pour la sieste du bébé, mais que nous avions d’autres activités prévues pour le reste de la journée et qu’il restait encore 3 jours à notre voyage. Elle a d’ailleurs tenu un décompte précis du nombre de jours et de dodos qu’il restait avant notre retour.

4. Ma gentille puce se transforme en petite peste avec les enfants qu'elle rencontre Normalement, quand nous arrivons dans un nouvel endroit et qu’elle rencontre des nouvelles personnes (enfants), ma fille a toujours un moment d’observation et d’analyse avant d’être la plus gentille des petites filles. Durant notre voyage, nous avons rencontré une douzaine d’enfants (enfants de mes amies), certains pour la première fois, d’autres non. J’ai entendu ma puce passer des commentaires et se vanter comme je ne l’avais jamais entendue. Je dois avouer avoir eu un peu honte de ses propos…  Il y avait sûrement un peu de fucking four en dessous de ça, mais je crois qu’il y avait aussi une réaction au fait qu’elle n’avait pas envie de connaître tous ces enfants. Vous savez comment on se sent quand on est obligé d’aller dans une activité où on n’a pas envie d’aller…

5. Retour à la maison plus rapide que prévu
Le retour à la maison était prévu pour la cinquième journée, mais j’avais prévu quelques arrêts possibles dans la famille et chez une amie. Le soir du quatrième jour, j’ai décidé que notre vie serait plus agréable si nous repartions dès le matin pour pouvoir faire la route tranquillement avec tous les arrêts que je jugerais nécessaires.

Notre petite aventure m’a laissée sur ma faim, mais m’a aussi montré qu’avec beaucoup d’organisation et de préparation, les voyages sont possibles, même pour une maman seule avec ses deux petits qui aiment leur routine. J’ai déjà commencé à penser au prochain qui sera pour les vacances en juillet!