+ Playlists

Ce qui fait de lui un bon père

Crédit photo : Juliane Liebermann/Unsplash
Ce qui fait de lui un bon père
Tout le monde trouve que mon conjoint est un excellent père. Il aime les enfants, travaille avec des tout petits et « a le tour » avec eux, littéralement. À chaque réunion familiale, c’est lui l’adulte de service dans le sous-sol, qui leur fait des tours de magie pour les émerveiller pendant que nous, les autres parents, pouvons boire et discuter sans trop de chaos. Au parc, c’est le papa qui saute, qui court, qui fait semblant d’être un dinosaure pour amuser nos enfants et ceux des autres. Et quand ils sont épuisés, il transporte les deux (le grand sur ses épaules, la petite dans le porte-bébé) ainsi que toutes leurs bébelles, sans rechigner.
 Crédit : Caroline Dawson

À l’œil, ça se voit qu’il est un papa engagé, mais selon moi, ce n’est pas cela qui en fait simplement un vrai père. Ça, c’est le bout plus facile, plus visible, celui qui lui vaut des sourires de la part d’inconnus, des louanges de la parenté. Pour moi, ce qui en fait un papa, un vrai, c’est tout ce qu’il fait dans la pénombre, pas devant un public admiratif, mais à l’abri des regards, même le mien. C’est quand il prend part à l’éducation de nos enfants, à leurs soins quotidiens, à la charge mentale que suppose de tenir une maisonnée avec deux minis. À tout ce qui tombe habituellement par défaut chez les couples hétéros, dans la cour des femmes. Bref, il est là et prend à cœur et à corps, tous les jours et toutes les nuits, son rôle de parent.
 
Il s’occupe de leurs corps
Il change les couches de sa fille, toutes les couches, tous les jours. Il s’occupe des bains, des crèmes hydratantes, de vérifier l’eczéma et d’y remédier, de couper les ongles, de la coiffure, de voir à leurs bobos, petits et gros. Il les prend dans ses bras quand il y a des larmes, mais aussi juste parce que. Il les sent, les hume et leur murmure des choses. Il caresse des cheveux propres, essuie des fesses sales, prend des températures et des rendez-vous pour eux.
Crédit : Giphy
 
Il prend les gros shifts
Il couche les enfants, est là quand ils sont impossibles. Il se lève la nuit, des nuits d’affilée. Avant moi le matin, il s’assure que les céréales sont mangées, le pain coupé en triangles et qu’il y a eu quelques fruits. Il prend sa part des heures où ils sont casse-pieds, où ça court comme des poules pas de tête, où pour un rien ça crie. Il est là quand ils sont malades et affaiblis et ramasse même du vomi dans ses mains pour éviter de tacher le lit.

Crédit : Giphy
 
Il s’implique
Il est là pour l’histoire du soir, celle du matin et toutes celles sur la bol. Il est là pour choisir le bon livre à la librairie et pour se le faire lancer par la tête les jours de pluie. Il est là quand c’est le temps de faire du bénévolat au CPE ou de faire du boring small talk aux autres parents. Il est là quand les histoires des petits sont interminables et lassantes, il leur pose des questions, s’intéresse à leurs passions et mets les mots justes sur leurs émotions. Il est là à la vaisselle et au rangement des culottes, même les pas belles. Il donne l’exemple et le bon. Celui de la douceur et de la politesse. Du respect, de la patience et de la gentillesse.
 
Il est là
Pas seulement quand c’est le temps de la discipline pour asseoir son autorité. Pas juste quand c’est le moment de jouer. Il est là quand c’est long, quand c’est plate, quand c’est sale, quand c’est endormant. Il est là quand c’est répétitif, quand c’est ingrat, quand c’est emmerdant.  Il est là quand ça donne mal à la tête et quand ça pue. Il est là quand ça chigne et même surtout quand il n’en peut plus.

Crédit : Giphy 
 
Bonne fête des Pères! Qui est un bon papa autour de vous?