+ Playlists

Maman tatouée en 2018... ouin pis?

Crédit photo : Stephany Lorena/Unsplash
Maman tatouée en 2018... ouin pis?
Je suis une maman tatouée... et j’n'en ai jamais eu honte. Parce que bien avant d’être maman, je suis une femme qui aime cette forme d’art. Loin d’être une rebelle dans l’âme, je porte fièrement mes tatouages, comme d’autres portent un beau bijou. J’en ai plusieurs, certains plus discrets que d’autres, mais tous assumés. C’est ma façon d’exprimer qui je suis, sans pour autant le crier sur tous les toits.

Je ne suis ni bad girl, ni détraquée. Je suis moi, avec mes qualités, mes défauts et mes tatouages. Et avant tout, je suis un être humain avec des sentiments comme tout le monde.
De nos jours, on en croise partout des mamans arborant des tatouages. Des p’tits, des gros. Le modèle qui couvre tout le bras, ou celui tout mini à peine visible. Peu importe le style, peu importe la couleur, ils nous représentent. On l’a choisi, on l’a désiré. Et surtout, on sait que c’est pour la vie!
Et malgré le fait qu’ils ne veuillent rien dire pour les yeux qui les regardent, c’est nous qu’ils interpellent et c’est parfait ainsi. Parce qu’un tatouage, on le choisit d’abord et avant tout pour soi (dans la majorité des cas!). 

Personnellement, je n’ai jamais eu droit à des commentaires désobligeants vis-à-vis de mes tatouages. Bien entendu, mon visage n’en est pas recouvert, et je n’ai aucune image de têtes de mort sur le corps. Je suis consciente que cela doit changer quelque chose pour ceux qui les portent. Les préjugés et les regards en point d’interrogation doivent être encore bien plus présents, malgré le fait que ces personnes ont fait le choix de ces tatouages. Encore là, il y a aussi la façon de les porter qui entre en ligne de compte et le style du tatouage. Raison de plus pour bien choisir son tatoueur, selon nos désirs et ses capacités créatives!

 Quand je suis tombée enceinte, on m’a quand même fait quelques mises en garde. Des commentaires du genre : « mais qu’est-ce que tu vas dire à ton enfant quand elle va en vouloir? » ou « comment tu vas expliquer ça à ton enfant? » j’en ai eus. Et j’en ai encore. T’as un problème avec mon tatouage? C’est toi que ça regarde. Tu ne les aimes pas? Ton choix. Moi je ne m’en soucie pas! Tu penses que je suis une mère tout croche parce que j’ai ça sur le corps? Ça c’est un jugement et ce n’est pas toléré.

La façon dont j’élève mon enfant n’a rien à voir avec cela. Oui je sais que ma fille en voudra probablement, oui j’aurai cette discussion avec elle. Et oui je lui dirai que son choix devra refléter ses convictions, que ce sera pour la vie. Moi qui arbore une dizaine de tatouages, je me verrais bien mal l’en empêcher! Ce que je peux faire par contre, c’est l’éduquer et la guider dans ses choix.

J’ai eu une enfance douce et heureuse. Mes parents ne devaient pas toujours être en accord avec certains de mes choix, mais ils m’ont quand même laissés faire et m’ont épaulés. Ce sont des valeurs que j’essaie d’inculquer à ma fille pour qu’elle en ressorte grandie. Et si un jour elle décide de suivre mes traces et de se faire tatouer, je serai là. Je ne serai peut-être pas d’accord avec ses choix, mais je serai là. Et c’est tout ce qui compte.