+ Playlists

J'aime ma belle-mère, la grand-maman vedette de nos enfants

Il y a 15 ans, quand Joannie et moi, nous avons commencé à nous séduire la face entre deux cours de cégep et une autre poutine à la Ronde, sa mère est devenue ma wing-woman : quand je partais de leur maison, Manon regardait ma blonde dans les yeux et lui demandait des détails en disant simplement « PIS? ». Je me suis dit : « si elle sort pas avec moi, sa mère la fera se sentir cheap! QUIN TOÉ !! ». 

La légendaire Manon, c'est la maman de ma blonde. C’est aussi la grand-mère de mes enfants et ma terrible belle-mère d'amour. J'ai toujours admiré sa force et son parcours. Pratiquement seule, elle est partie de Trois-Rivières pour élever ses trois filles à Montréal. Puis, quand j'ai commencé à fréquenter sa fille, la maison était remplie de jeunes adultes qui venaient passer la soirée. On était les chums de ses filles, les ami.e.s des ami.e.s, on était toute une gang

Crédit : GIPHY


Elle n'a pas toujours apprécié nos niaiseries ou le bruit qu'on faisait, mais Manon était tout le temps la dernière réveillée, celle avec qui je pouvais partager un verre de vin rouge en jouant aux cartes jusqu'à trois heures du matin. On se racontait des histoires de peur, on riait en oubliant pourquoi on riait. Life was good

Vite de même, Manon a pas l’air forte forte. Elle se sauce les orteils dans l’eau pendant une demi-heure avant de se baigner et elle ne comprend pas les films où il y a des sauts dans le temps. La chose la plus méchante que je l’aie jamais entendu dire, c’est « j’ai demandé mon bacon bien cuit, monsieur », dans un brunch au resto. Elle a la voix de Bart Simpson et des fois, je lui demande de dire quelques-unes de ses phrases classiques, juste pour prouver mon point. Des phrases comme « Homer, j’ai triché au test d’aptitude! ».

Crédit : GIPHY

Mais il ne faut pas s’arrêter aux apparences. Son immense pouvoir est ailleurs. Dès que Manon entre dans la pièce, on a envie qu’elle nous aime. Elle dégage une telle chaleur qu’on a envie d’être de meilleures personnes. C’est peut-être parce que ma belle-mère, elle chiale jamais. Elle prend des nouvelles de notre crew avec son petit sourire charmant, les yeux en croissants. Des yeux paisibles.

L’une des choses qui me plaît le plus, c’est son rôle de grand-mère. Manon, c’est une grand-maman super-héroine à la joie sans faille. C’est le coeur sacré de notre famille, celle qui nous pousse tou.te.s à revenir les uns vers les autres. Ce n’est pas une femme positive et écervelée pour autant. Elle fait simplement le choix de continuer à avancer, peu importe les embûches et les échecs. 

On se séduit tout le temps, à la blague. Je lui dis que j’aimerais bien que nous soyions seuls, sans les autres. On joue à la séduction qui rend tout le monde mal à l’aise, et ça va souvent trop loin. Parfois, je l’appelle simplement pour lui demander ce qu’elle porte, avec une voix de film d'horreur. Elle me répond: « ben, en ce moment, je suis en joggings! ». Ma blonde m’écoute, elle roule les yeux, mais je sais qu’elle aime bien la drôle de relation que j’entretiens avec sa maman magique. 

Aux yeux de notre marmaille, Manon est la plus grande vedette qui soit. Avec les enfants, quand on va au cinéma, on entend des « YES! ». Quand on va glisser sur le Mont-Royal ou qu’on part s’acheter des crèmes glacées, on entend des « SAY WHAT BRO!!! ». Mais quand Manon vient à la maison, nos garçons se peuvent plus. Ils crient, ils sont émus, ils sautillent comme des maudits malades, illuminés aux yeux globuleux devant leur gourou. 
 

Crédit : GIPHY

Je leur dis que Grand-Maman s’en vient pour souper, alors ils s’assoient, rêveurs.  Il attendent devant la porte d’entrée que Super-Manon arrive. Je leur dis qu’elle sera là dans cinq heures. DÉCEPTION. Là, le temps est long. Ils nous trouvent plates, ils s’ennuient. C’est insultant pour nos fragiles coeurs de parents sensibles, mais juste assez. C’est insultant doux. 

Je pourrais aussi parler des millions de défauts de Manon, mais pas aujourd'hui. Je suis quand même smart et j’ai tout un instinct de survie, comme dit Jack Dawson dans Titanic. Il suffit de dire que Manon, je l’aime. Elle est l’origine de cette famille qui a reconstruit le sens, dans ma vie.

Je peux bien la cruiser et faire mon téteux, en retour.