+ Playlists

La peine de ma fille m'a brisé le cœur

Crédit photo : My Name/Unsplash
La peine de ma fille m'a brisé le cœur
Comme parent, j'ai l'impression de vivre les émotions de mon enfant par procuration. Si elle rit de bon cœur, un sourire apparaît sur mes lèvres. Si elle est fière, je ressens également des bouffées d'énergie positive. Et si elle est triste, mon cœur se gonfle de larmes.
 
L’anecdote qui suit comporte un hamster hyperactif, une semaine de gardiennage chez mon frère un tantinet lunatique et mon enfant qui aime les animaux de tout son cœur.

Crédit : Giphy
 
Oréo est le hamster nain que ma fille s’est offert avec l’argent reçu pour son anniversaire. Le mot « nain » n’est pas ici exagéré, il est vraiment minuscule. Mais ça ne l’empêche pas de spinner à toute vitesse dans sa roue, se suspendre d’une patte aux barreaux de sa cage et de courir très vite s’il a un peu de liberté. Et il adore être dans nos mains, dès qu’on s’approche de sa cage, il pointe ses petites moustaches vers la porte.
 
Comme nous nous absentions plusieurs jours durant les Fêtes et que notre hamster a un grand besoin de compagnie, j’ai demandé à mon frère s’il voulait en prendre soin. Oréo a donc pris le chemin de chez son gardien de la semaine et fréquemment, nous recevions des nouvelles comme quoi tout allait bien.
 
Le lendemain de notre retour, je me présente chez mon frère pour récupérer le hamster. Tout souriant, il me dit qu’il a vraiment apprécié cette expérience. Et là, on remarque la cage ouverte, trônant sur une très haute commode. Une rapide vérification nous apprend que Oréo a pris la poudre d’escampette.
 
On s’est mis à explorer toute la maison un peu paniqué. En vain, car une bestiole qui mesure huit centimètres et qui pèse trente grammes peut se cacher n’importe où. Mon angoisse grandissait, me demandant dans quel état nous allions la retrouver. Je contemplais le bureau, avec rien autour pour faire un point de chute, et je n’imaginais pas qu’on puisse survivre à une telle dégringolade. J’ai serré les lèvres, comme pour ravaler mes craintes.
 
Après un bon quart d’heure de recherche, on s’est avoué vaincus. J’ai misé sur la dernière idée qui m’était venue. Si Oréo était encore vivant, il aurait probablement faim. On a alors installé de la nourriture à quelques endroits stratégiques.
 
On s'est donc laissé pour retourner à la maison. Ma fille, le cœur lourd de chagrin. Mon frère, le cœur lourd de malaise. Et moi, le cœur lourd de voir tout le monde si triste sans trop savoir quoi faire. Ma fille a beaucoup pleuré. Mon conjoint, ne sachant pas trop comment gérer tout ce chagrin, était en colère contre l’inattention de mon frère. Et je tentais de réconforter, excuser, trouver la cause, maintenir l’espoir.
 
Ce fut une longue et triste journée.
 
Je répétais souvent que Oréo irait manger à un moment où un autre. Mais plus les heures avançaient et quelque chose me disait que c’était peine perdue. Je n’arrivais toutefois pas à préparer mon enfant à ce deuil. Je continuais d’alimenter son espoir, lui assurant qu’on allait la retrouver, alors que je n’y croyais plus du tout. Je n’avais pas la force de lui annoncer la mort de son animal de compagnie, je me gardais un peu de peine à gérer pour le lendemain.
 
Et, contre toute attente, un texto est arrivé en soirée. Pas un mot,  juste une photo. La main de mon frère qui tenait un petit hamster plutôt malin. J’ai crié de joie et de surprise, mais je me suis vite ravisée. Il avait l’air bien, mais une photo ne révèle pas tout. J’ai rapidement appelé mon frère, qui m’a rassuré. Oréo était en parfaite santé et ne semblait pas avoir souffert de sa chute ni de son escapade.

Crédit: Giphy

Ce soir-là, je me suis couchée totalement épuisée. D’avoir vécu la tristesse de ma fille, en ne sachant pas trop comment la consoler, avait miné toutes mes forces. Encore une fois, j'étais surprise de voir à quel point je vis mes émotions différemment (et notamment plus intensément) quand il est question de mon enfant. Heureusement, tout est bien qui finit bien, un peu comme dans les contes de fée à la sauce Disney.
 Oréo le hamster qui a survécu
Crédit : photo personnelle de Geneviève Bédard
 
Je me demande encore comment Oréo a pu descendre d’une si haute commode sans aucune séquelle. Mais un peu de mystère ne rend cette histoire que plus intéressante, on dirait.