+ Playlists

Le doux-amer d’aller voir de la culture avec les p’tits

Crédit photo : Montage: Place des arts / Evenko
Le doux-amer d’aller voir de la culture avec les p’tits
Le doux :
À Noël, mes p’tits ont reçu (et nous, les parents aussi!), des billets de spectacle de l’un de mes chanteurs préférés quand j’étais petite : Raffi.

Je connais toutes ses tounes et mes enfants aussi, puisque nous leur chantons, mon homme et moi, depuis qu’ils sont nés.

Chez nous donc, ce sont LES chansons lorsque TOUT : excité, triste, heureux, crise dans l’auto, transition entre deux activités, pendant que nous rigolons. TOUT. Ces chansons sont, en gros, une partie importante de la trame sonore de la vie de ma fille et de mon garçon.
Juré, c’est une histoire d’amour!

Donc, je reviens maintenant aux billets-cadeaux : quelle belle idée!

L’amer :
Week-end dernier, nous sommes enfin allés voir ledit spectacle avec les p’tits à la Place des arts. Suite à des mois de talk et de préparation, nous y étions.

Nous avons profité du moment pour aller luncher avant avec la famille : beau-frère, belle-soeur et leurs deux petits (la cousine binôme de ma fille (2 X 5 ans) et le cousin binôme de mon gars (2 X 3 ans)). Dîner : ça s'est bien passé. Huit personnes satisfaites. Nous passons ensuite à la salle de spectacle.

Ce fut, pour vrai, un long moment d’irritation et d’agonie.

J’ai trouvé que mes enfants n’étaient pas réceptifs, qu'ils étaient agités et qu'ils voulaient soit grimper, regarder derrière eux, jaser de ce qu’ils N’AVAIENT PAS ou simplement faire la baboune. J’ai trouvé ça assez confrontant que l’appréciation ne soit pas au rendez-vous, mais encore pire, le plaisir?!

Il était où le plaisir?

J’avais tellement envie qu’on aime ça en gang.
Je n’y ai pas trouvé mon compte.

Et ça me fait questionner mes actions.

Ça soulève les questions suivantes :
  • Dois-je continuer à vouloir inculquer ce désir d’aller à la rencontre de la culture et juste « endurer », advienne que pourra, la tempête? (Ou attendre qu'ils vieillissent un peu?)
  • Dois-je moins m’investir dans ma relation à ladite culture à voir? Dans le sens de : est-ce que les deux pour un sont une mauvaise idée?
  • Dois-je plutôt miser sur des spectacles plus accessibles (moins coûteux) pour que je ressente moins la pression de « réaliser une expérience top notch » une fois devant le show?
En tout cas…
J’en suis encore énervée.
Mon coeur de petite fille aurait aimé voir le spectacle sans le insanity. (Eh oui, je sais très bien que c’est mon égo blessé et mon désir très très perso qui parlent.)

Crédit : Giphy

Vous avez des tips?
Je suis preneuse!