+ Playlists

Le cycle de reproduction des jouets

Crédit photo : Park Troopers/Unsplash
Le cycle de reproduction des jouets
Les jouets poussent comme les pissenlits au printemps. Il y en a partout. Quand je pense que je les ai tous rangés à leur place, j’en trouve encore un autre qui traîne dans le bain. Le mystère, c’est que, non seulement ils sont partout, mais ils se multiplient.

Ce n’est pas que je déteste le millième toutou reçu ou la petite gogosse du Dollarama, mais j’ai vraiment une relation amour-haine avec eux.
 
1. Le coup de foudre
« Oh wow! Ce petit truc mini-rikiki est trop mignon! Ah, c’est juste 8 $, ça ne prendra pas de place, et puis, ça va tellement lui faire plaisir! »

Je me dis ça régulièrement. Je trouve que c’est joli et je suis profondément convaincue que ma fille adorera son nouveau jouet. Je n’y peux rien, je crois que je suis une MMA, j’ai tellement envie de lui faire plaisir!

Crédit : Viraviralvideo

2. La réaction
« J’aime mieux le sac. » Je crois que c’est inévitable. Les enfants préfèrent les vieux toutous laids aux nouveaux jouets brillants et fonctionnels. Ma fille va jouer avec la sirène artisanale faite dans un petit village du bas du fleuve pendant un gros trois minutes. Par contre, la loutre en plastique trouvée dans un KinderSurprise est INESTIMABLE et doit être avec elle en TOUT TEMPS! La réaction de ma fille est donc toujours décevante quand je lui achète un nouveau jouet.
 
3. L’entreposage
« Bon, je pense qu’il reste encore de la place dans le bac… » Bon, elle n’aime pas sa nouvelle petite voiture. Ce n’est pas si grave, je vais la serrer dans la boîte. Ce n’est pas parce que le couvercle ne ferme plus qu’elle est trop pleine. Je pourrais peut-être la donner à la garderie, la voisine, une boîte de dons au coin de la rue… mais non. Je ne vais pas la garder AU CAS OÙ elle déciderait que ce petit objet insignifiant devient son jouet préféré d’entre tous et absolument nécessaire en tout temps. On ne sait jamais…
 
4. La phase « J’ai juste envie de tout crisser aux vidanges! »
« ARGH! Je suis pu capable de devoir tasser le cheval et la chaise laide pour ouvrir la porte du garde-robe! » Mais qu’est-ce qui me prends de continuer à acheter des niaiseries alors que j’en ai déjà des centaines? Pourquoi je m’inflige la torture volontaire de devoir tasser le tas de toutous du lit, à la chaise, à la boîte tous les jours? Je prends un sac et je garroche tout dedans. That’s it.

 
5. Retour à la phase no 1
 
Vivez-vous le même cycle de reproduction des jouets?