+ Playlists

Pas touche à mon ventre

Crédit photo : Blubel/Unsplash
Pas touche à mon ventre
Une collaboratrice de TPL Moms partageait récemment qu'un voisin venait de lui demander si elle attendait un troisième enfant. C’était la deuxième fois que ça lui arrivait. Ben non, c’était juste un petit mou de ventre post-grossesse.

On a beau assumer notre nouveau corps, ce genre de question, ça peut faire mal. Ça peut rester dans la tête quand viendra le temps de manger un dessert. Ça peut rendre le chemin vers l’acceptation de son corps de maman un peu plus difficile.

Ça m’a rappelé une soirée où une amie prenait une limonade sur la terrasse chez moi. Une autre invitée à la soirée, qui attendait un bébé, s’était empressée de lui demander si elle était enceinte elle aussi. Et la première avait répondu : « Ben non, je suis juste grosse. », avec un malaise évident et une immense tristesse dans les yeux. Ça m’a aussi fait penser à une autre amie dont la collègue s’obstinait à lui demander tous les deux mois si elle était enceinte, car elle venait d’emménager avec son copain et elle avait pris un peu de poids. Ben non, elle ne l’était pas. Ben oui, ça lui faisait de la peine de se faire demander ça. C’est tellement pertinent, ce genre de question, surtout au travail. #Not

Ça m’a fait penser à moi, l’autre jour. J’avais décidé de mettre une jolie robe avec une ceinture taille haute. La secrétaire au bureau a mis sa main sur mon ventre en me demandant si j’étais enceinte. Le hic, c’est que je ne le suis pas. L’autre hic, c’est qu’on essaie depuis un bon bout de temps, et que ça ne fonctionne pas. J’ai quand même mis un sourire sur mon visage, et j’ai dit que je n’étais pas enceinte, que c’était la façon dont la robe tombait qui donnait l’impression que j’avais un petit ventre.

En fait, j’avais plutôt envie de répondre « J’ai vécu deux ans de cauchemars à cause de l’infertilité alors NON, JE NE SUIS PAS ENCEINTE. » Si elle m’avait posé la question il y a six mois, j’aurais probablement eu les larmes aux yeux malgré moi. Mais je suis un peu plus zen avec la situation, maintenant. Heureusement. Alors j’ai été polie et gentille, car j’aime bien cette femme et je ne voulais pas créer un froid. D’ailleurs, elle a vite reconnu son erreur et elle s’est excusée en disant que c’était une question à ne pas poser. En effet. Si je suis enceinte et que j’ai le goût d’en parler, je vais te l’annoncer avec plaisir. Si je ne t’en parle pas, il doit y avoir une raison. Comme le fait que je ne suis pas enceinte. Ou n’importe quelle autre raison qui m’appartient.

Dans tous les cas, c’est mieux de ne jamais poser cette question, surtout dans un contexte professionnel. Encore plus si on n’est pas tellement proche de la personne. D’autant plus si on ne la connaît pas! Il s’agit vraiment d’une situation où l’adage « dans le doute, abstiens-toi » s’applique avec justesse. Parler de sa grossesse, ça demeure à la discrétion de celle qui la vit. Surtout que si on y pense bien, on ne pose la question que pour satisfaire une curiosité plus ou moins bien placée. Et au passage, on risque de réveiller des blessures, on risque de créer des complexes chez notre collègue ou notre amie, tout en se cachant derrière des « bonnes intentions ».

Alors, on se garde une petite gêne, d’accord?