+ Playlists

Trente jours sans prénom

Crédit photo : PublicDomainPictures/Pixabay
Trente jours sans prénom
Je nous revois, mon chum et moi, au tout début de notre relation, attablés dans un restaurant lors d'une fête de famille. Une petite fille trop mignonne, à l'air espiègle, se promène de table en table et distribue des sourires. Soudain, sa mère la rappelle à l'ordre et lui demande de revenir s'asseoir. Cette petite fille porte le plus doux des prénoms. En entendant ce prénom, mon chum et moi, piqués au vif, on s'est regardés droit dans les yeux et on a su. On a su qu'on aurait des enfants ensemble un jour et que ce prénom, on le donnerait probablement à la fille qu'on mettrait au monde.

Quelques années plus tard, je suis enceinte de notre premier bébé. On a choisi de garder la surprise et d'attendre la naissance pour découvrir le sexe de l'enfant que je porte. Tranquillement, au fil du temps, on fait comme tous les futurs parents et on se met à dresser une liste de prénoms potentiels.
 

Crédit : Kaz/Pixabay

Nous avons encore en mémoire le sourire de la petite fille du restaurant, et donc, notre liste de prénoms féminins est assez courte. C'est du côté des prénoms de garçon que ça se corse. On a beau brainstormer, écumer les pages de nos romans préférés ou les génériques de films (une mine d'or de suggestions), rien n'y fait. Aucun prénom ne suscite notre enthousiasme. 

Finalement, à 38 semaines de grossesse, je prononce ces paroles prophétiques : « Regarde bien ça, je vais accoucher d'un gars et on n'aura pas de nom pour lui! »

Deux semaines plus tard, ma prédiction se confirme! Je mets au monde un magnifique garçon en pleine santé… sans prénom à lui donner.
 

Crédit : skimpton007/Pixabay
 
Les jours passent. Les surnoms s'accumulent. Les premiers jours, ce bébé est « mon bijou ». Puis « mon cœur » ou encore, « bébé d'amour ». Nos proches se font compréhensifs. Je viens d'accoucher, après tout, et on ne sera pas les premiers à attendre un peu avant de dévoiler le prénom choisi.

Une semaine, deux semaines passent. La tension monte d'un cran. Mon chum et moi essayons des prénoms. Bizarrement, nous sommes parfaitement fixés sur le deuxième prénom à donner à notre fils. Mais rien ne semble coller à sa personnalité pour ce qui est de son nom usuel.  

Nos parents, chacun de leur côté, commencent vraiment à stresser. Ce n'est pas normal que ce bébé ne soit pas encore nommé. Ma mère y va d'un ésotérique « j'ai rêvé que ton fils s'appelait…». Mon beau-père nous envoie par courriel une liste de prénoms plus abracadabrants les uns que les autres, avec, en plein milieu, son choix personnel. Ma sœur se pointe cavalièrement chez moi et se met à bercer mon fils en l'appelant du nom qu'ELLE a choisi pour lui. Ça dérape solide!
 

Crédit : Giphy

La date butoir approche. Les parents d'un nouveau-né ont 30 jours suivant la date de naissance pour l'enregistrer au Directeur de l'état civil. Passé ce délai, on doit payer une amende. Puis, par un matin ensoleillé, vers le 25e jour de vie de mon fils, miracle! Je me réveille avec un prénom en tête. 

Tranquillement, sans rien brusquer, je laisse tomber les surnoms pour apposer cette suite de syllabes sur son beau visage doux. Les sons semblent s'harmoniser avec sa personnalité et ses humeurs. Ça y est, je suis fixée! Mon chum, de son côté, a encore des doutes… On arrive au 30e jour. Les bureaux de l'état civil ferment à 17 h 00. À 16 h 15, en panique, j'appelle ma meilleure amie, la marraine de mon fils. « Et si je me trompe? Et si ce n'est pas le bon nom pour lui? Et comment est-ce que je l'écris??? » Elle m'écoute et me rassure. Je dois plonger. À 16 h 45, exactement trente jours après son arrivée dans ce monde, mon fils a finalement été prénommé. Et comme on ne voulait pas prendre de chance, on a enregistré à l'état civil tous les prénoms qui avaient retenu notre attention pendant cette période (cinq au total). 

Alors que j'écris ces lignes, je suis enceinte de bébé 2, qui doit arriver parmi nous d'ici deux à trois semaines. Quand on me demande si on a choisi le prénom de notre futur enfant (dont on ignore toujours le sexe), je souris et je réponds : « Non, on a le temps! »

Avez-vous eu de la difficulté à choisir le prénom de votre enfant?