+ Playlists

L'accouchement vu par mon amoureux

Crédit photo : Maryline Rivard Photographie
L'accouchement vu par mon amoureux
Pendant la grossesse, l'un des commentaires qui m'étaient faits par d'autres papas était que je me sentirais vraiment inutile durant l'accouchement. Ça me fait rire parce qu'à aucun moment, le 23 novembre dernier, je ne me suis senti inutile.

Il est vrai que durant le travail, j’étais impuissant par rapport à la douleur qu'elle ressentait. Je pouvais néanmoins lui apporter une certaine forme de réconfort. Quand son regard teinté de douleur, de doute et de semi-panique du genre « qu'est-ce que j’ai fait là maudit » se posait sur moi, les compresses d’eau froide, les verres d’eau glacée et les massages lui ont apporté un minimum de réconfort. Enfin, je crois. Juste le fait de lui tenir la main, de lui dire qu’elle était courageuse et belle a suffi à faire en sorte qu’elle ne se sente pas seule pendant cette épreuve.

Toi, futur papa, même si tu n’as aucune idée quoi faire, au moins, tu es là. Ta blonde ne sera pas accompagnée que par l'infirmière, sa douleur et le son constant du TRF. Elle a son homme, lui qui lui a fait ses enfants, qui sera là, peu importe l'épreuve. Tu t'en doutes sûrement, mais il y en aura des épreuves. Que ce soit l'allaitement, la jaunisse, la drop d'hormones intense de la troisième journée et les nuits blanches, au moins, elle n'est pas seule. Tu es sa moitié, pis elle a besoin de toi.

Le jour de la naissance de nos filles fut à la fois la plus belle et la pire journée de ma vie. De voir ma blonde souffrir autant m'a fait mal au plus profond de mes tripes. J'ai pris beaucoup de vidéos et revoir l'état de souffrance dans lequel elle se trouvait me fait toujours pleurer. Ce n'est qu'une fois que l'épidurale a embarqué à 14 h 30, soit 1 h 30 après son installation, que j'ai senti l'atmosphère se détendre.

Les minutes avançaient, les contractions étaient toujours plus longues, plus fortes. Cynthia dormait, mais son visage continuait de se crisper de douleur à chacune d'elle. C'est comme si son corps avait conscience de la douleur, mais pas son esprit. Quand la gynécologue nous a annoncé à 16 h 30 que Cynthia était à 10 cm, les événements se sont précipités. Techniquement elle aurait dû être descendue au bloc opératoire à 7 cm, mais comme son travail a été extrêmement lent toute la journée, personne n'a vu venir cette rapide progression.

C'est dans la chambre de naissance que moi-même et le personnel nous sommes changés pour aller au bloc. Je n'ai même pas eu le temps d'être anxieux, car j'ai dû aider à descendre des appareils. J'étais vraiment content d'être impliqué, et fébrile. À peine 32 minutes après l'examen du col, mes deux filles étaient nées. L'accouchement a pris 12 minutes. En 12 minutes, je suis devenu papa de deux petites filles en santé et le fiancé de la plus belle maman du monde.

Rapidement après la naissance, on m'a demandé d'aller avec les pédiatres et les infirmières qui s'occupaient des bébés pour assister à leur premier examen. Elles étaient déjà si différentes! Ce qui m'a le plus marqué, c'est leurs pleurs qui ne se ressemblaient vraiment pas du tout. 

Cette journée sera toujours spéciale pour nous considérant l'avalanche d'émotions qu'on a eue. Je suis fier de mon cœur et je suis confiant face à nos nouveaux rôles. Nous allons faire ça en équipe et nous allons être les meilleurs parents pour nos filles. Je t'aime Cynthia, je t'aime Didipou (le chat, la grande sœur), je t'aime Marianne et je t'aime Camille.

Je serai toujours là.