+ Playlists

Les histoires de soutien-gorge des TPL Moms

Crédit photo : George Gvasalia/Unsplash
Les histoires de soutien-gorge des TPL Moms
La semaine dernière, Safia Nolin, ma chanteuse préf’, qui me remue l’âme à coup de chansons tristes et poétiques, s’est sentie obligée de faire une sortie sur Facebook pour répondre aux monsieur-madame sur Internet qui dénigrent encore son habillement. Moi qui l’avais trouvée superbe lors de son passage à Tout le monde en parle ou à La vraie nature, je la vois faire ce post, signe qu’elle a encore une fois été victime de critiques désagréables et de doubles standards, notamment sur le fait de ne pas porter de brassière en public :
 

 
J’ai donc décidé d’écrire cet article en support à Safia, et les collaboratrices de TPL Moms ont accepté de se joindre à moi, pour témoigner de leur rapport au soutien-gorge, ce vêtement qui attise les passions, qui étrangle nos poitrines, et qui cache ces mamelons que les bien-pensants ne sauraient voir. Le but étant d’illustrer la diversité des façons de porter ce vêtement, pour faire éclater les normes qui nous enferment dans l’obligation de plaire, et de donner le choix à chacune de soutenir (ou pas) ses seins comme elle l’entend.
 
Voici donc nos petites histoires de soutien-gorge :
 
Catégorie : confort avant tout
« J'ai toujours acheté des soutien-gorge simples (pas de dentelle, etc). Mais depuis que j'ai découvert la bralette, omg, c'est la vie. Ça ne fait pas une "jolie poitrine" mais je m'en fiche c'est trop confo. »
 
« Je suis une adepte de la brassière molle et confortable. Je suis frileuse, et je n’aime pas que mes seins se révèlent lorsque je suis au travail, alors je porte une brassière. Mais le confort est mon premier critère, alors ma vieille brassière beige fait amplement l'affaire. Et elle prend le bord dès que j’arrive chez moi! J’ai une bralette et quelques brassières noires pour quand j’ai envie de me sentir cute ou qu’une bretelle dépasse dans mon outfit, mais c’est pas mal toujours le confort qui prime. »
 
« Ayant une poitrine assez forte, je n'ai pas le choix de la soutenir, du moins au boulot!!! Des modèles confos mais jolis, qui ne versent pas dans la dentelles parce que maudit que ça me pique!!! Le tout prend assez le bord une fois à la maison et la fin de semaine, c'est le style confo mou qui prime, donc style cami de sport sans cerceaux. »

« Je porte des brassières parce que je n'aime pas trop l'effet moite de mes seins pendants qui collent sur le haut de mon ventre. Je suis 100% bralette depuis que j'ai rangé mes brassières d'allaitement, qui étaient les brassières les plus confortables que je n'avais jamais portées, et qui m'ont convaincue que je déteste les cerceaux.
Les premières fois que j'ai enseigné en bralette, j'ai eu un petit doute sur le fait qu'on voit la forme de mes mamelons à travers mes vêtements, mais je me suis dit fuck off, je veux être confortable et pouvoir porter ce que je veux. »
 
Catégorie : tant pis si on voit mes mamelons en public!
« Puisque j'allaite, je porte toujours quelque chose pour tenir les pads d'allaitement afin d’éviter de mouiller mes vêtements, et ce même la nuit. Par contre, comme je n'aime pas la sensation de cerceau des soutiens-gorges conventionnels, je porte presque exclusivement des camisoles d'allaitement. Même en public, même avec du triple D, même si ça fait un gros décolleté. De toute façon, comme j'allaite régulièrement en public, les gens voient quand même souvent des bouts de mes seins. »
 
« Je suis très inégale de la brassière. Des fois, je porte encore mes brassières molles de maternité, pour être confo ou quand mon lavage n’est pas fait! J’ai un seul soutien-gorge haut de gamme. Une amie m’a convaincue d’essayer la bralette et je suis de plus en plus à l’aise, surtout évidemment avec des vêtements un peu amples. Fun fact : j’ai déjà été chercher mon enfant à la garderie une journée où j’avais congé, et je me suis rendu compte une fois sur place que j’avais oublié de mettre une brassière. J’aurais été gênée avant mais là je me suis juste dit : oups, tant pis! »
 
« Je porte majoritairement des bralettes, pour le confort que ça m'apporte. Le fait qu'on risque de voir ou non mes mamelons au travers de mes vêtements m'importe vraiment très peu est je me considère chanceuse d'avoir heureusement reçu aucun commentaire là-dessus au travail. J'opte aussi parfois pour le "pas de brassière" en dehors de la maison lorsque je fais du layering ou avec certains vêtements qui sont moins près du corps. Je me sens libre de tout mouvement et ça m'empower pour une raison que je ne pourrais malheureusement mal définir. »
 
 « Je suis prof au secondaire et j’ai une poitrine DDD alors travailler sans soutien-gorge n’est pas vraiment une option pour moi en 2018. Mais je trouve ça dommage! À la maison, j’ai décidé d’assumer de plus en plus mes seins et je suis sortie plusieurs fois au parc sans soutien-gorge l’été dernier, même si mes mamelons de mère qui allaite sont toujours ultra visibles. Je trouve ça plus pratique pour allaiter de simplement relever mon chandail. Si les parents du parc sont choqués par la forme de mes seins visible sous mon chandail, qu’ils regardent ailleurs! Pas encore game de le faire dans tous les contextes par contre... »
 
Catégorie : ça me fait me sentir belle, mais…
« Moi je l’avoue je suis coquette du soutien-gorge. J’aime bien la dentelle et j’agence mon soutien-gorge à ce que je porte. Bien que ça soit rare que mon amoureux profite vraiment du spectacle (parce que la plupart du temps, je me mets en pyjama pendant le bain de la petite) pour moi-même j’aime bien me sentir sexy en dessous de mon linge.
Par contre, je me questionne de plus en plus sur le fait qu’il soit convenu d’en porter, surtout quand on a une forte poitrine. Et je me promets régulièrement d’essayer de ne pas en porter. Histoire entre autres de ne pas influencer ma fille et ma belle-fille avec des idées préconçues sur la question. »
 
Catégorie : c’est ben utile ce vêtement-là!
« Moi aussi, je fais toujours matcher mes sous-vêtements ensemble et avec ce que je porte! Pis câline, je dois être la seule sur la planète, mais je trouve ça confo, un soutien-gorge - oui oui, les classiques avec armatures pis toute - pis ben pratique pour tout tenir en place quand je monte ou descends un escalier, chose que je fais généralement en courant. Pour cette raison, je ne vois juste pas pourquoi je n'en porterais pas - sauf avec certains tops qui sont faits pour être portés sans. »
 
« Je suis vraiment d'accord pour les escaliers, pour le nombre de fois où je les monte en me tenant les boules hahahaha »
  
« Moi, j'aime mes soutien-gorges. Je prends mon temps pour les choisir, je les trouve beaux et confortables. Chaque modèle change la forme de mon corps et fit avec la shape dont j'ai besoin pour un vêtement. J'aime mes bralettes, mais je me demande toujours si je suis pas trop vieille pour en porter. Et je me sens vraiment pas confo sans soutifs, ça me rappelle que j'ai plus mes beaux petits seins durs d'avant. Bref, pour moi c'est une gâterie donc il est mieux d'être beau et de bien faire sa job. Je suis une fan finie de Chantal Thomass. Ça fait "bourge snob" mais je m'assume. »

Catégorie : vive les seins libres!
 
Carolane et Josiane nous en ont déjà parlé, on sait qu’elles n’en portent pas, ou très peu souvent. Elles ont vraiment contribué à démocratiser le pas-de-brassière, et on les en remercie.
 
Il y a d’autres moms qui en ont long à dire sur le sujet :
 
« Je déteste porter des brassières. Elle disparaît automatiquement les soirs et les fins de semaine. J'ai une petite poitrine alors avec ou sans, ce n'est pas gênant sauf au travail. Pendant mon congé de maternité, rares étaient les jours où je m'encombrais de ça! Un chandail ample ou une camisole sous le chandail faisait en masse la job. »
 
« Voici mon dilemme:  j'adore ne PAS porter de brassières. Pourquoi serais-je obligée??? Par contre, chaque fois que je le fais, on me regarde, mon chum me dit que c'est trop "flagrant", et bla bla bla... Que de la merde. Pourtant. Et pourtant. J'ai donc opté pour la bralette et j'accepte cette nouvelle forme de seins qu'est la mienne : deux poches vides après avoir allaité mes deux enfants... Chose certaine : Je ne veux plus m'excuser ou cacher mes seins. Ils sont là, je suis née avec. Je les aime, mais autant que mes bras ou que mon nez retroussé! À bas la sexualisation des boules. On s'en fout, c'est deux poches de graisse après tout. Peace. »
 
Quelles sont vos histoires de brassière?